Nous sommes une initiative populaire, portée par le Sud Global, qui lie les luttes pour la justice sociale et climatique en unissant les mouvements syndicaux, sociaux et climatiques du Sud et du Nord dans un objectif commun: renverser le piège du surendettement en annulant la dette des nations appauvries, laisser les combustibles fossiles dans le sol, et ainsi financer une transition juste. La réalisation d'une initiative mondiale de Dette-pour-le-Climat a le potentiel de laisser des bilions de dollars de réserves de combustibles fossiles dans le sol, tout en libérant les pays concernés d'un fardeau de dette étranglant, souvent utilisé comme un outil de justification pour une plus grande extraction des ressources naturelles.

Nous nous réunissions de nouveau et portons la mobilisation à un autre niveau en ciblant le colonialisme financier directement du 14 octobre (sommet annuel du FMI & Banque Mondiale) au 8 novembre (COP27). Rejoignez-nous à travers le monde et transformez la dette en action climatique!

Les pays développés du Nord Global ont une dette écologique envers les pays du Sud Global. En plus d'être responsables des plus fortes émissions historiques de gaz à effet de serre, leur exploitation et leur colonisation de la plupart des pays du Sud se poursuit encore aujourd'hui par le biais de leurs sociétés multinationales qui pillent systématiquement les ressources naturelles. Selon des études scientifiques, 100 multinationales sont responsables de 71% des émissions mondiales. Une grande part de ces émissions résulte de l'exploitation du Sud, alimentant un système de consommation non durable et de gaspillage dans les classes privilégiées des pays riches, au prix de la destruction et du sacrifice croissants des populations des pays du Sud Global.

La poursuite de ce colonialisme des ressources naturelles est incompatible avec les engagements climatiques assumés et promus par la plupart des pays développés. La recherche montre que les activités actuelles de l'industrie fossile, associées à des projections futures qui ne prévoient qu'une croissance et une expansion accrues, compromettent sérieusement les engagements climatiques tels que l'Accord de Paris, les rendant impossibles à respecter. En contrepartie de cette réalité, les pays du Sud Global qui ont le moins contribué à la crise climatique supporteront le plus gros de ses conséquences, comme cela a déjà commencé à se produire aujourd'hui, face à l'augmentation des sécheresses et des inondations, à la déstabilisation sociale et à la migration massive qui engendrera des centaines de millions de réfugiés climatiques dans les décennies à venir.

Les pays du Sud Global, ainsi que certains pays périphériques au sein même du Nord Global, sont en même temps étranglés économiquement par des dettes financières massives accordées par des institutions financières internationales sous le contrôle des pays les plus riches du Nord Global, comme le FMI, la Banque Mondiale, le Club de Paris, etc. L'étranglement financier se traduit par un étranglement politique au profit des intérêts des pays développés qui contrôlent ces organisations et leurs entreprises, en utilisant les mécanismes bien connus de la diplomatie du piège de la dette pour approfondir le pillage néocolonial des ressources naturelles des pays assujettis. Fréquemment, il s'agit également de dettes odieuses, obtenues illégalement et/ou par la corruption, souvent de manière anticonstitutionnelle, avec des gouvernements de facto, et/ou en violation des statuts des organisations de crédit elles-mêmes.

L'Argentine est devenue un cas emblématique de résistance au colonialisme du piège de la dette lorsque, en 2001, des soulèvements populaires massifs ont chassé le gouvernement et ses politiques dictées par le FMI, entraînant un défaut de paiement et une renégociation de la dette. Par un tragique retournement de l'histoire, 20 ans plus tard, l'Argentine se retrouve à nouveau aux prises avec le FMI, qui lui a accordé le plus grand prêt de son histoire (44 milliards de dollars) pour aider le président de droite Macri à se faire réélire. Il l'a fait en enfreignant ses propres statuts et sans l'approbation du Congrès argentin. Aujourd'hui, le gouvernement qui a succédé à Macri négocie un nouvel accord avec le FMI, qui légitimerait l'accord illégal précédent tout en s'endettant davantage pour pouvoir rembourser le prêt précédent. Ce cycle pervers et les conséquences économiques et environnementales dramatiques du pillage associé aux mandats du FMI font que des centaines de milliers de personnes redescendent dans la rue. 20 ans plus tard, le peuple argentin peut à nouveau montrer la voie contre ce colonialisme piège à dettes et appelle les peuples du monde à se joindre à cette action globale!

Il existe un mouvement mondial qui demande des réparations coloniales et l'annulation des dettes internationales des nations appauvries et ces voix se multiplient presque quotidiennement. Après l'énorme choc économique causé par la pandémie de COVID-19 sur ces pays, les voix se sont multipliées pour demander l'annulation des dettes du Sud. Cependant, il est peu probable que les mêmes pays responsables du pillage historique et du colonialisme qui contrôlent les organismes internationaux de prêt cèdent à ces demandes par simple bonne volonté et générosité.

Jusqu'à présent, les initiatives demandant aux pays développés de payer pour laisser les combustibles fossiles dans le sol des pays du Sud n'ont pas non plus été couronnées de succès, comme ce fut le cas pour l'initiative Yasuní-ITT en Équateur il y a plus de dix ans. Cependant, il existe un large consensus selon lequel le Nord global doit commencer à payer sa dette écologique envers le Sud global. Ceci est nécessaire pour que les combustibles fossiles du Sud global puissent être laissés dans le sol.

La dette est un actif financier dont le remboursement dépend des États souverains qui l'ont contractée. Ensemble, nos mouvements sociaux, syndicaux et climatiques du Sud et du Nord peuvent exercer une pression suffisante dans la rue pour créer la volonté politique nécessaire à la renégociation de ces contrats dans de nouvelles conditions dans le cadre de la crise climatique.

Le FMI et la Banque Mondiale ont déjà intégré le concept de "Green Debt Swap" et des initiatives similaires existent dans d'autres organisations. Cependant, celles-ci ont beaucoup plus à voir avec des tactiques de greenwashing, de colonialisme vert et des politiques d'éco-austérité potentielles - et non avec une véritable décolonisation financière ou des initiatives d'action climatique qui affectent leurs véritables intérêts économiques ou ceux de leurs entreprises.

Pendant le sommet du G-7 qui s'est tenu en Allemagne du 26 au 28 juin, nous avons démasqué leur bluff avec nos actions de masse mondiales, où des milliers de travailleurs et d'activistes climatiques ont uni leurs forces dans les rues pour exiger l'annulation de la dette du Sud Global. Le G7 consiste en les économies les plus riches du monde qui gouvernent la plupart des institutions financières internationales et détiennent le pouvoir de changer leurs politiques dans le sens nécessaire si suffisamment de pression est exercée dans les rues, partout !

Un changement de Dette-pour-le-climat mené par le Sud et les formations de travailleur·euse·s comme les syndicats peut être très perturbante pour le discours dominant. Si elle est correctement gérée et exécutée, elle peut changer la donne pour le mouvement climatique. C'est un moment opportun pour placer la JUSTICE au premier plan du mouvement climatique et pour créer les bases mêmes du changement réel. Tant que les pays sont pris au piège de la dette, il n'y a tout simplement pas d'espace ni d'argent pour financer une transition juste. L'annulation de la dette en échange de l'abandon des combustibles fossiles à leur place--sous terre--est la table rase nécessaire pour permettre un changement véritable et autodéterminé, mené de bas en haut et non plus de haut en bas.

Rejoignez-nous pour construire ensemble un pont qui unira les mouvements syndicaux, sociaux et climatiques du monde entier afin de renverser le colonialisme financier et d'obtenir des victoires les plus rapides et les plus importantes possibles dans la lutte contre le changement climatique en annulant d'énormes dettes tout en gardant d'énormes quantités de combustibles fossiles dans le sol!